Lumière et confort tranquille

20140702-163949-59989406.jpg

Amman est une ville de collines. Juste pour aller à la banque ou à la pharmacie, on se fait des mollets. Dans le quartier cossu où je loge, on parle facilement anglais dans les commerces et on croise, une fois la nuit tombée, de beaux jeunes hommes blonds qui font du jogging. Du jogging à Amman = respect!

Pour ma première sortie en solo, je me suis rendue à la fruiterie au coin de la rue. J’avais cru apercevoir des figues par la vitrine, mais c’était des prunes. Plusieurs sortes de prunes. Je déguste tout juste une pêche un peu étrange, toute plate, avec un air de petit pain rond. C’est immanquable: j’achète tout ce que je ne connais pas. C’est sur cette base qu’hier j’ai mis la main sur des katayef, petits pains-crêpes libanais. Miam!

Les démons que j’évoquais plus tôt cette semaine sont revenus comme je me dirigeais vers la fruiterie. Les gens m’ont beaucoup demandé si j’avais peur de venir en Jordanie. Pas peur du tout. Mais le trac, oui. Il n’est jamais trop loin celui-là. L’inconfort que je ressens à ne pas savoir comment faire certaines choses est toujours un peu handicapant (du genre: se tromper de porte pour sortir de la fruiterie!). Il y a au fond de moi une petite fille qui veut agir de la façon attendue. Il est plus difficile d’agir de la façon attendue quand on ne connaît à peu près rien de la société où on débarque. Il peut même arriver qu’on se trompe de porte et que personne n’en conclut que vous êtes une idiote. (Ou peut-être qu’ils en concluent que vous êtes une idiote. Et ce ne serait pas très grave pour autant.)

Je me suis demandé combien de gens se refusent à voyager parce qu’ils écoutent cette sourde crainte de ne pas savoir comment faire. Je me suis ensuite demandé combien de gens évoluent dans la vie – y compris en voyage – sans jamais réfléchir au fait que les normes ne sont pas les mêmes partout. Peut-être qu’ils sont plus nombreux dans la deuxième catégorie…

J’ai l’air de ne rien faire, mais c’est surtout que le décalage m’a bouffé la journée. Je profite de cette chaleur sèche, je suis fascinée par la lumière (objectif de cette photo), je mange des dattes et je prépare mon séjour en Israël. Là plus que n’importe où ailleurs, je m’attends à être confrontée à une histoire de normes.

Départ demain.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s