Vue d’en-bas, vue d’en-haut

La journée a commencé par une marche dans la Vieille Ville, traversant les quartiers chrétiens et arméniens pour finalement rejoindre le quartier juif, tout ça en longeant les murs ouest et sud. En ce dimanche matin, tout était plutôt calme et nous avons pu profiter des panoramas offerts sur Jérusalem en empruntant ce chemin.

20140706-194403-71043658.jpg

20140706-194240-70960342.jpg

Notre objectif: nous rendre à la Porte des Détritus (Dung Gate) qui est l’entrée principale vers le Mont du Temple. Mon guide de voyage parlait, en effet, de la possibilité de visiter les tunnels du Mur occidental. Voici donc deux comparses qui cherchent, ne trouvent pas ce qu’ils cherchent et rencontrent à un guichet de site archéologique une guichetière assez brusque qui ne les aide pas vraiment.

Nous apprendrons plus tard que lorsque la guichetière disait « En sortant d’ici, à gauche », elle voulait dire « En sortant d’ici, à gauche, dans un kilomètre l’autre côté du site ». Morale: un guide de voyage pas clair et une guichetière pas claire ça donne des voyageurs perdus. Un peu par dépit, nous avons donc acheté à la guichetière en question des billets pour le Parc achéologique de Jérusalem. Rien de bien impressionnant dans le Davidson Center qui le jouxte, mais le site lui-même s’est avéré vaste, souvent surprenant et très instructif sur l’histoire du Mont du Temple et sur les constructions et destructions successives de Jérusalem.

20140706-194238-70958334.jpg

Le site se déploie d’ailleurs sur le coin sud-ouest du Mont du Temple ce qui permet de voir une large portion du Mur occidental qui n’est pas réservé à la prière. Sur cette photo, on peut voir au niveau de la moitié du mur la structure sur laquelle s’attachait le vaste escalier du Second Temple (516 avant JC à 70). Vous pouvez cliquer ici pour avoir une idée de ce à quoi ça ressemblait.

20140706-194236-70956896.jpg

Certaines pierres découvertes par les archéologues sont particulièrement blanches, tellement qu’il est difficile de croire qu’elles soient vraies! L’audioguide nous apprend qu’on soupçonne que ces pierres venaient d’être posées au moment de la destruction du Second Temple par les Romains. De même, le dallage de ce qui était la rue principale longeant le mur ouest est assez conservé. Quelques minutes plus tard, nous découvrirons dans le tunnel (encore lui!) une portion de la rue parfaite, comme si le temps s’était arrêté.

Le tunnel, oui! Parce qu’une fois de retour sur la place du Mur occidental, j’ai vu au loin l’affiche que je cherchais depuis trois heures: la visite des tunnels!

Alors je ferai pour vous ce qu’on n’a pas fait pour moi: cette visite est à ne pas manquer! Quand vous êtes sur la place du Mur occidental, la billeterie pour réserver votre place (la visite ne se fait qu’avec un guide) se trouve à votre gauche au fond (coin nord-ouest de la place): ça vaut les trente shekels (10$ environ). Les vidéos de reconstruction sont très bien faits et permettent de comprendre vraiment l’histoire du Mur fabriqué avec des pierres si grosses qu’elles dépassent l’entendement (vous en devinez une sur la première photo derrière le guide). La construction même de cette plateforme (parce que le Mur n’est pas celui du Temple directement, mais celui du Mont du Temple, esplanade artificielle construite sur le mont Sion). Comme des fouilles ont encore lieux, nous avons été dérangés par certains bruits de forage, mais pas au point de le déconseiller.

20140706-194235-70955359.jpg

20140706-194234-70954062.jpg

20140706-194052-70852205.jpg

Fait intéressant: les femmes peuvent entrer sans payer si elles souhaitent venir prier. En effet, sur la section du Mur occidental réservée à la prière, la zone des femmes est bien plus éloignée du Saint des Saints que celle des hommes. En excavant, les tunnels ont donné accès à une petit zone du mur qui se trouve bien près de l’endroit convoité: les femmes peuvent venir s’y recueillir. Je dois dire qu’entre les bruits de forage et les tours guidés, je ne sais trop comment elles se concentrent, mais celle qui était sur place à notre passage semblait absorbée.

Finalement, nous nous sommes enfin retrouvés au Austrian Hospice. Je dis enfin parce que nous y pensions depuis le début sans oser entrer et je me permettrai une fois de plus de donner dans le conseil touristique. Premièrement: il ne faut pas manquer ça! Parce que c’est un îlot paisible, parce qu’on s’y sent quelques minutes en Europe et parce que la vue du toit est à couper le souffle. Deuxièmement, ne soyez pas timides comme nous. Le lieu qui se trouve au coin de la Via Dolorosa (par la Porte des Lions et d’une rue marchande qu’on emprunte par la Porte de Damas) ne semble pas public. Il faut sonner, un gardien vous ouvre, et c’est gagné.

La bouffe était bien, le service impeccable, la terrasse à faire rêver. À l’intérieur, le lieu est accueillant et appelle la paix. (Sauf pour leur signalisation homme/femme de toilettes qui me donnait plutôt des envies de vol…)

20140706-194050-70850293.jpg

20140706-195057-71457053.jpg

Nous sommes alors montés sur le toit, découvrant la plus belle vue sur Jérusalem de notre séjour. Comme jamais, c’est de haut qu’on découvre la succession des clochers, minarets, dômes, drapeaux et autres symboles. Le paysage révèle cette tension entre tout ce qui aspire au meilleur et tout ce qui entraîne le pire. Au même instant, retentissait l’appel à la prière de 16h20ish. Quelques secondes je me suis sentie hors du monde. Mais le monde (dans tous ces paradoxes) n’est jamais loin.

20140706-194045-70845117.jpg

20140706-194046-70846735.jpg

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s