Dernier jour à Jérusalem

20140707-194418-71058037.jpg
J’ai fait une erreur durant ce court séjour à Jérusalem: j’ai passé mon temps à chialer contre la carte vraiment nulle que l’hôtel nous avait remise… sans chercher une autre carte. En ce dernier avant-midi, cette carte découverte sur Internet a un peu changé ma vie: tout un coup, je savais vraiment où je m’en allais!

20140707-193750-70670612.jpg

Nous avons donc traversé le souk qui ouvrait à peine à cette heure et piquer à travers le quartier juif.

20140707-194044-70844079.jpg

20140707-194242-70962257.jpg

Notre objectif: nous rendre le plus directement possible à la Porte des Détritus, cette fois pour rejoindre l’Esplanade des Mosquées, lieu saint musulman qui n’est ouvert aux touristes que de 8h à 11h. Pensez à vous habiller en long, à 25 shekel (8$ environ) le foulard, ça peut devenir cher si vous devez vous couvrir les jambes et les épaules (pour les femmes, ne prenez pas de chance, épaules veut dire: mi-bras).

L’entrée des touristes se fait sur une passerelle un peu fragile qui longe la place du Mur occidental où il y avait beaucoup plus d’activités ce matin que les autres jours où nous sommes passés. À l’entrée de la passerelle, une indication d’un rabbin rappelle que les Juifs ne sont pas autorisés à monter sur l’Esplanade, lieu du Saint des Saints. À l’époque du Second Temple, ce n’est que purifiés dans les bains que les fidèles pouvaient y monter avec leur animal à sacrifier.

20140707-194200-70920801.jpg

L’Esplanade est un lieu magnifique, extrêmement paisible. Le parc, particulièrement bien emménagé, pourrait sembler à peu près normal s’il n’était ceint au sud par la Mosquée Al-Aqsa (le dôme gris) et au nord par le Dôme du Rocher (le toit doré). Un peu partout, des parcs de parasols rappellent qu’au moment de la prière, les mosquées ne peuvent contenir tous les fidèles qui prient sur l’Esplanade même.

20140707-194414-71054123.jpg

20140707-194417-71057034.jpg

20140707-194415-71055096.jpg

20140707-194416-71056121.jpg

Nous étions à peu près à moitié de notre visite quand nous avons commencé à entendre des cris « Allah Al’Aqbar » qui me semblaient venir de salles qui longent l’Esplanade à l’ouest ou alors du quartier musulman. Nous avons finalement vu l’attroupement qui s’était dirigé vers la partie sud de l’Esplanade tandis que les policiers israéliens nous invitaient à écourter notre visite et à sortir par la porte des Chaînes vers la Vieille Ville.

Nous avons alors traversé la Vieille Ville pour sortir par la Porte de Jaffa et découvrir, pour la première fois, la nouvelle ville de Jérusalem-Ouest. Après avoir traversé une petite rue qui ressemblait à quelque chose comme la rue Prince-Arthur, nous avons longé la rue Jaffa (ou Yaffo), artère commerciale. C’est cette rue-là qui nous a mené au grand marché de Jérusalem: Mahane Yahouda. Nous avons déambulé entre les odeurs et les couleurs, l’eau à la bouche, jusqu’à nous arrêter chez un franco-libanais qui tient restaurant dans une des allées: taboulé, couscous, café turc, thé à la menthe et sorbets. Encore une fois, le choc entre l’émotion vive des tensions et l’émotion vive du bien-être a fait son oeuvre, laissant une trace, en creux, qui caractérise sans doute toute expérience de Jérusalem.

20140707-194540-71140981.jpg

20140707-194543-71143042.jpg

20140707-194544-71144097.jpg

C’était notre dernier stop avant de prendre la route vers Amman, route moins longue au retour puisque les démarches à la frontière se sont révélées plus aisées (mais il fallait quand même compter 182 shekels – environ 60$ (!) – comme taxe de départ!).

Ajoutons que les trente kilomètres qui séparent Jérusalem de la frontière nous ont permis d’observer les campagnements sauvages de Palestiniens installés aux bords de l’autoroute dans les montagnes désertiques de cette région. Nous sommes aussi passés devant une colonie près de Jéricho: petit cercle d’habitations ceinturé par des barbelés et protégé par un colosse armé se tenant près de la route. Un autre genre de campement sauvage pour nous assurer que nous ne quitterions pas le(s?) pays en n’emportant que l’odeur de la mer et des épices.

20140707-195356-71636306.jpg

20140707-195004-71404817.jpg

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s