Downtown

20140709-222314-80594138.jpg

Marchant sur l’une des artères principales de Abdoun, j’ai sauté dans le premier taxi venu dans l’objectif de me rendre au centre-ville de Amman, pour la première fois. Mon guide de voyage me disait bien qu’il fallait exiger des taxis de mettre leur «meter» ou alors négocier. Comme je suis parfois un peu molle, je ne me sentais pas en état d’exiger quoi que ce soit. Je ne le voyais même pas le compteur!

MOI: How much will it cost approximatly?
KHALID: How much do you wanna pay?
MOI: Oh, please! Don’t do that to me, I have no idea!
KHALID: If I say 5 dinars is it good for you?
MOI: It is good for me.
KHALID: But it is not good for me! I say that the meter will tell us the good price!

Vous l’aurez compris: j’étais tombée sur un maudit bon gars. Le taxi d’ailleurs, était impeccable. Khalid m’a alors expliqué comment je devais réagir avec les taxis me disant que même les chauffeurs qui ne parlent pas anglais comprennent très bien l’expression «by meter». Selon lui, les chauffeurs ont tendance à escroquer les touristes parce que ce ne sont pas des musulmans et que ça leur semble moins grave. «But I think that if I steel you, maybe you will never know. But God will know!»

(Mise en garde: c’est lui qui a utilisé le terme «escroquer». Pour être honnête, le taxi n’est tellement pas cher à Amman que je trouverais un peu gênant de ne payer que le prix du compteur…)

C’est le moment que Khalid a choisi pour me demander si j’étais chrétienne. On m’avait bien prévenu que tout le monde me poserait cette question et que «athée» n’est pas vraiment la meilleure réponse. Je me suis donc surprise à parler de Dieu avec Khalid, Dieu qui selon lui m’avait permis de rencontrer un chauffeur de taxi honnête (et parfaitement bilingue!) parce que je suis une bonne personne. Khalid m’a donc laissée sur la rue Rainbow, une des artères commerciales autour du 1st Circle, juste en haut d’une descente qui me mènerait au centre-ville. Au final, la course coûtait moins de 2 dinars (3$)! J’ai laissé un généreux pourboire en espérant que Dieu en soit témoin et nous protège tous les deux…

20140709-191232-69152035.jpg

J’ai donc croqué le centre-ville vu du haut de la côte avant d’entamer la descente pour rejoindre le centre et la partie commerciale. Le souk de Amman (du moins celui sur lequel je suis tombée parce que je crois qu’il y en a plus d’un) n’est pas un souk comme on peut en voir dans les principales villes de la région. C’est plutôt un quartier commercial formé de quelques grandes rues où, parfois, certains commerces se répendent dans de plus petites ruelles.

20140709-191553-69353403.jpg

20140709-222315-80595271.jpg

Si cela peut sembler décevant pour le touriste, j’avoue que j’ai trouvé assez reposant de me balader entre les échopes sans qu’on cherche constamment à me vendre quelque chose. Ces commerces sont pour les Jordaniens. Deuxième surprise: aucun catcall! En fait, ça ne m’est jamais arrivé depuis que je suis dans la région. Je l’ai tellement vécu en Tunisie (c’est vrai que c’est il y a presque 15 ans) que j’étais certaine d’y goûter dès que je me retrouverais seule.

J’ai vu plein de types de commerce, dont tout un quartier de couturiers clairement spécialisés dans le parasol et le coussin de chaises de jardin. Un peu stupéfaite qu’une vingtaine d’ateliers voisins puissent avoir la même spécialité pointue dans un pays de 6 millions d’habitants… J’ai eu une pensée pour ma mère couturière en voyant et en entendant des hommes, jeunes et vieux, poinçonner des oeillets dans de solides toiles de couleurs.

Je suis aussi tombée sur un marché de nourriture. Si la traversée de la section des fruits et légumes est toujours aussi rafraîchissante, en tombant dans la section des viandes, on se rappelle à la fois le décalage culturel et le rapport tellement aseptisé que nous avons avec la viande en Amérique du Nord. Vous excuserez l’absence de photos, j’ai passé vite. Mais je me suis demandé si l’agneau aurait le même goût ce soir après avoir vu des petites têtes d’agneau écorchées dans un présentoir…

20140709-193323-70403414.jpg

20140709-193322-70402421.jpg

La balade était agréable. J’étais contente quand j’ai trouvé un bureau d’information touristique. Bon, ils ne leur restaient que des cartes qui font à peu près un mètre de large. En arabe. C’est peu discret et peu utile. On a au moins pu m’indiquer que le thèâtre romain était juste derrière. Aucun malaise à débourser l’entrée de 1 dinar (1,50$). Sauf que le guichettier n’avait pas de change pour mon billet de 5 dinars! Pas de cartes en anglais, un guichetier sans change dans l’un des seuls lieux touristiques de la ville, on peut dire que l’infrastructure touristique n’est pas au top. Je me suis quand même assise quelques minutes à l’ombre des immenses colonnes à l’entrée du théâtre. Pour ce qui est du théâtre lui-même, vous le voyez de haut dans la première photo.

20140709-193900-70740795.jpg

20140709-193859-70739830.jpg

Est-ce que j’ai dit que cette ville monte et descend? Le centre-ville est truffé d’escaliers comme celui-ci.

20140709-194055-70855927.jpg

Au bout de cette montée, je n’en pouvais plus… J’ai croqué quelques autres moments de ville et hélé le premier taxi pour rejoindre l’appartement. En sueur et avec l’intention de retourner dans la basse ville dès que j’aurai une chance. Mais pas demain: départ pour Petra et la Mer morte!

20140709-215759-79079037.jpg

20140709-215800-79080105.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s