Direction nord-ouest

Quand nous avons quitté Petra hier, après notre randonnée vers le Haut lieu du sacrifice, nous étions épuisés, mais la journée n’était pas finie. Nous en avions pour près de trois heures de route avant d’atteindre le Dead Sea Spa Hotel où je m’arrêtais tandis que mon compagnon de voyage poursuivrait sa route pour rejoindre Amman.

Nous avons eu toutes sortes de difficultés avec notre ami GPS pendant ce voyage: la relation de confiance est rompue. Nous ne saurons donc jamais si c’est par le «bon chemin» que nous nous sommes rendus à la Mer morte, chose certaine, nous avons traversé bien du paysage…

20140713-144022-52822248.jpg
D’abord étonnament vert à la sortie de Petra – une route bordée d’arbres, on ne voit pas cela si souvent en ce pays – le paysage est devenu jaune. Parfois jaune de sable, mais parfois jaune d’une végétation que je ne saurais trop identifier. Jaune à perte de vue. Un pré… Du blé? Ici?

Imperceptiblement, nous montions… Je l’ai écrit plusieurs fois, la Jordanie est un pays de relief (mes mollets le savent) et entre sa bande côtière (Mer morte) et son immense désert se dresse des montagnes impressionnantes.

Si la vue était à couper le souffle, c’est aussi à ce moment que j’ai eu ma troisième peur des derniers jours. La route 60 qui nous permettait de rejoindre l’autoroute 65 (Dead Sea Highway) était digne des descentes folles d’un film de James Bond en montagnes. Heureusement, Marc-André ne faisait pas la course, mais j’avoue avoir retenu mon souffle à quelques reprises. Malheureusement, aucune photo prise de la voiture ne permet vraiment de rendre cette impression (et ce n’était pas une place pour s’arrêter!).

20140713-204152-74512268.jpg

20140713-204153-74513335.jpg

Le comble s’est produit lorsqu’une pancarte nous annonçait un détour! Impossible d’imaginer un détour dans ce paysage: d’un côté la falaise ascendante, d’un côté la falaise descendante… Mais effectivement, la route s’était… effondrée! Et aller savoir comment, les ingénieurs jordaniens ont élargi la chaussée pour permettre de contourner l’abysse. Rassurant…

Une fois sur l’autouroute de la Mer morte, nous avons longé les mêmes montagnes qui offrent leur profil impressionnant sur les deux rives de la Mer morte.

20140713-204500-74700956.jpg

Nous avons d’abord longé le bassin sud de la Mer morte, principalement réservé à des marais salants exploités pour la production. C’est un peu plus tard que nous avons aperçu le bassin nord, celui de la villigiature. Au premier coup d’oeil: une étendue d’eau comme une autre. Peut-être plus lac que mer? On pense même à notre fleuve puisque sa largeur et la facilité à apercevoir l’autre rive derrière un certain filtre d’humidité rappelle des points de vue de chez nous.

20140713-204934-74974747.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s